Litterature > Recits > La langue d'Altmann

La langue d'Altmann de Brian Evenson

Contraint de quitter l’église mormone, Brian Evenson est aujourd'hui l'auteur de nombreux ouvrages. Les éditions du Cherche Midi rééditent La langue d'Altmann, son premier ouvrage initialement paru en 1994.

Dans La langue d’Altmann, tous les thèmes chers à Brian Evenson sont déjà présents : le motif du double, les liens parent-enfant, le fanatisme, le rapport au meurtre, etc.

La Langue d’Altmann se présente comme un recueil de nouvelles aux thèmes sombres tels que la mort, le suicide, la folie et autres horreurs. Brian Evenson écrit l'humanité animale dans tout ce qu'elle a de plus bas et vil. Si la qualité des nouvelles est variable, le talent de l'auteur pour mettre son lecteur mal à l'aise est certain.

Benjamin

 

Informations :

 

Editeur : Le Cherche Midi L'avis d'Actualité littéraire
Genre : Recits A propos de Brian Evenson 
Année : 2014 Voir un extrait  
Acheter : fnac partager sur facebook, twittter et myspace
Acheter : amazon

Actu-litteraire : La langue d'Altmann de Brian Evenson Actu-litteraire : La langue d'Altmann de Brian Evenson Actu-litteraire : La langue d'Altmann de Brian Evenson

 

Extrait

 

La Langue d’Altmann est le premier livre publié par Brian Evenson, en 1994, alors qu'il était encore membre de l’église mormone. On comprend vite à sa lecture pourquoi une congrégation aussi stricte a préféré prendre ses distances avec l’écrivain… Dans La langue d’Altmann, tous les thèmes chers à Brian Evenson sont déjà présents : le motif du double, les liens parent-enfant, le fanatisme, le rapport au meurtre, etc. On y retrouve aussi cet humour noir, héritier de Kafka et de Beckett, dont Evenson, en grand maître de l’absurde, use avec un talent étonnant. Que ce soit en quelques lignes – comme avec la percutante Tragique histoire abrégée du Barbier d’Auschwitz – ou dans le format d’une novella – L’affaire Sanza, un mini-polar riche en énigmes et revirements qui n’a rien à envier à Thomas Harris… –, Brian Evenson sait varier les styles et les approches, tour à tour faulknérien, borgésien, kafkaïen… Un paysan qui découvre sa fille morte et l’enterre sans même en parler à sa femme, un couple inquiétant qui cherche à se débarrasser de chatons et peut-être d’autre chose, un père qui semble pousser ses proches au suicide les uns après les autres, une confrérie assiégée qui s’élimine elle-même… À chaque fois, dans une langue impeccable et corrosive, Evenson sonde l’âme humaine, abandonnée à son mystère ou à sa vacuité. Les personnages qu’il met en scène nous frappent par la force absurde de leurs convictions et errements, nous rappelant que ce qui constitue peut-être l’humanité est avant tout l’aveuglement.

 

A propos de Brian Evenson

 

La langue d'Altmann de Brian Evenson

Contraint de quitter l’église mormone en raison de la nature de son œuvre, Brian Evenson dirige aujourd’hui un programme d’ateliers d’écriture à Brown University. Il est l’auteur de Contagion, Inversion, Père des Mensonges, La confrérie des mutilés et Baby Leg, tous publiés en Lot 49.